lundi 16 juillet 2018

Yoga et Transe-danse


STAGE YOGA ET TRANSE-DANSE
OUVERTURE DE NOTRE ESPACE INTÉRIEUR
À TRAVERS DES DIFFÉRENTES EXPÉRIENCES LE LONG D’UNE JOURNÉE
Ce stage est accessible à tous
DIMANCHE 19 AOUT 2018                 De 9h à 17h
               Yoga Viniyoga                                              Transe-danse                                                                                                  
      Lorsque la posture est pratiquée sur               Rituel d’expansion de conscience
       une respiration, à l’action physique                 pour activer nos forces d’autoguérison
       s’ajoute une autre action au niveau                        → Détente émotionnelle
       de l’attention. C’est le début de                               → Libération d’esprit
       l’action qui intériorise.                                             → Ouverture à l’intuition

Matinée : de 9h à 12h30 avec Wutao (conscience de la pulsation de vie), Yoga et Transe-danse
Après-Midi : de 14h15 à 17h avec Yoga Nidra et expérience du son dans la posture de Yoga  
                            
Journée animée par Sabine Flury- Langer, Isabel Beaufils et Maria Sperring
Sabine : Naturopathe, animera la Transe-danse
Isabel : Professeure de Yoga Viniyoga animera le Wutao, Yoga, Pranayama et Yoga Nidra.
Maria : Nous accueille dans son jardin « le blé en herbe ». Elle nous propose un repas végétarien à midi (option vegan et sans gluten) dans un environnement de respect de la vie et de la terre qui nous nourrit.

INFOS PRATIQUES :
Lieu : Le Blé en Herbe, Maria Sperring 23350 La Cellette    http://bleenherbes.free.fr
Tarif : 60€ la journée, possibilité de participer que la matinée ou l’après-midi. 
Amener des vêtements souples, une couverture et un tapis. Pour la Transe-danse un foulard, bandeau ou masque de sommeil.
Le tarif ne doit pas être un obstacle si vous voulez participer.
Inscriptions :        Sabine au 06 75 05 25 98          Isabel au 06 71 36 77 93         

Article La Montagne

Le Secours populaire de Creuse vient d’inaugurer son premier jardin créé par les bénévoles

Le Secours populaire de Creuse vient d’inaugurer son premier jardin créé par les bénévoles
Bénévoles au Secours populaire et membres du réseau de permaculture Creuse veillent à la bonne pousse des différentes espèces. © photo bruno barlier
Bien caché derrière le local du Secours populaire, le jardin solidaire est un mélange de culture, aussi bien pour les variétés présentes que pour les personnes qui s’en occupent.
C'est un petit lopin de terre qui commence à prendre racine du côté du Secours populaire de la Creuse. Depuis cette année, les bénévoles ont en effet relevé les manches afin de faire sortir de terre un jardin solidaire. « Le projet est parti de Marthe, une bénévole du Secours populaire, qui fait partie du réseau de permaculture », précise Lucile Periot, secrétaire générale de l'association. Après avoir lancé l'idée du jardin au printemps dernier, les membres du réseau de permaculture de la Creuse ont commencé les premiers travaux.
Une centaine de variétés plantées Maria Sperring, membre du réseau, a soutenu l'opération et a apporté son savoir-faire dans la permaculture. « Nous avons effectué notre première journée de travail dès le mois de novembre. Nous avons commencé par nettoyer les espaces, créer des séparations entre les allées et les massifs. Nous avons également disposé des plants dans la terre mais sans structurer le jardin », explique Maria Sperring. Puis, avec l'aide des bénévoles du Secours populaire, les membres du réseau de permaculture ont commencé à donner forme à ce petit carré de verdure. « La première chose a été de faire un plan, et de parler avec Lucile par rapport à ce dont le Secours populaire a besoin », explique la jardinière. « Puis nous avons créé des bacs en fonction de l'orientation du soleil, des enjeux et des limites de culture. Il a fallu gratter le sol, avec du compost fourni Evolis et le BRF (bois raméal fragmenté), fourni par les espaces verts de la ville de Guéret. »
En tout, ce sont pas loin de 70 plantes qui poussent dans les jardins du Secours populaire. « Il y a une centaine d'espèces si on compte les plantes sauvages », précise Maria Sperring. Et tout est comestible ou médicinal, y compris les fleurs. Ainsi, se côtoient dans le potager cerfeuil musqué, baie de mai ou encore groseille à maquereau. Et ce jardin solidaire a le mérite de porter son nom, puisque les bénévoles n'ont disposé d'aucun budget pour élaborer ce projet. « La seule chose que j'ai payée, ce sont les pointes. Le bois nous a été fourni par l'entreprise Sostra'palettes, reconnaît Maria Sperring. Nous avons voulu montrer ce qui est possible avec un minimum de moyens. »
« L'idée de ce projet, c'est que les gens puissent se servir. Mais au-delà de la production, on a créé un espace de partage et de rencontres où les gens peuvent travailler en étant différents sur un projet commun. Bien sûr, nous ne pourrons pas fournir en fruits et légumes toutes les familles qui viendront. Mais cela permet de pratiquer la solidarité. Que les gens du Secours populaire soient aidés mais peuvent aussi être acteurs et aider l'association de quelque façon que ce soit », tient à affirmer Lucile Periot. Tout le monde peut venir travailler sur le jardin, puisque sa vocation est de mobiliser les gens sans prendre en compte les différences de chacun.
Une perspective d'agrandissement Le jardin solidaire est également orné d'un mobilier fabriqué entièrement à l'association. Nicolas Le Tron, artiste plasticien, avait en effet animé un atelier l'année dernière avec des jeunes migrants où les meubles ont été réalisés. Les membres de l'association du Secours populaire, ainsi que les membres du réseau de permaculture, espèrent, dans un avenir proche, investir les terrains qui entourent le local, afin d'agrandir leur potager. « Il y a un enthousiasme autour de ce projet, souligne Maria Sperring. C'est un projet de valeurs communes. C'est un jardin nourri avec l'âme, l'esprit et le cœur. Et c'est ce qui est le plus important. De nourrir autant le cœur et l'âme que le ventre. »
Pauline Rapinat

Jardin au Secours Populaire

Article du l'Echo Creuse

mardi 10 juillet 2018

Association L'Escuro

-

CPIE des Pays Creusois

DSCN0470

Rendez-vous "Permaculture"

mardi 24 Juillet
Bonjour à tous,

Le Groupe d'Adhérents Actifs de l'Association L'Escuro vous propose un rendez-vous « Permaculture » chez Maria Sperring, le mardi 24 juillet 2018.

Au programme : visite commentée de sa production fruitière et potagère et des méthodes qu'elle met en œuvre pour cultiver « autrement », puis dégustation de ses produits lors d'une collation de clôture.
  • Participation : 5 € par personne.
  • Inscriptions minimum : 10 personnes !
Pour ceux qui le souhaitent, nous pouvons nous retrouver à 11h30 à Chatelus-Malvaleix, près de l'église et covoiturer pour partager un pique-nique.

Pour les autres, rendez-vous directement chez Maria Sperring à 14 h 30, à Puissetier, sur la commune de La Cellette.

Réponse souhaitée avant le 18 juillet : inscrivez-vous auprès de Marie, secrétariat de l'Escuro-CPIE des Pays Creusois au : 05 55 61 95 87
DSCN0462

dimanche 17 juin 2018

Kiwaii looking very promising again,
covered in flowers, and lots of fruits in formation.
Been much more productive than the kiwis in recent years, even recovering from the late frost last year to give a decent harvest.
Takes up less space than kiwi, no unpleasant smells,, and enjoys growing up a north facing wall. Exquisite eaten fresh, ripe in October, not easily commercialised as the fruits don't keep long after harvest.

bold wisdom!

“Nature!
We are surrounded and embraced by her; powerless to separate ourselves from her, and powerless to penetrate beyond her … 
We live in her midst and know her not. 
She is incessantly speaking to us, but betrays not her secret. … 
She has always thought and always thinks; though not as man, but as Nature. … 
She loves herself, and her innumerable eyes and affections are fixed upon herself. 
She has divided herself that she may be her own delight. 
She causes an endless succession of new capacities for enjoyment to spring up, that her insatiable sympathy may be assuaged. … 
The spectacle of nature is always new, for she is always renewing the spectators. 
Life is her most exquisite invention; and death is her expert contrivance to get plenty of life.”
Johann Wolfgang von Goethe